Un détour rude et peu enrichissant

DSCF0275Au compteur : 88km, 4h55, 17.86 km/h

La nuit a été agitée car j’entendais souvent sifflé le train. La tente a pris la rosée ce matin et je suis obligé de la remballer humidifié entre 8h et 9h. Enfin, je pars du camping sans lâcher un sous car il n’y a toujours personne au poste :-)

Je longe et prends ma 1ère pause en bord deLoire qui est brumeuse à cet heure-ci. Je m’arrête pour prendre une photo d’un manoir mais v’là que mon vélo, qui est censé tenir debout avec sa grande béquille, se casse la gueule magistralement, avec la sacoche-guidon ouverte bien sûr ! C’est pas très grave, je le relève et je constate qu’il n’y a pas de casse et que mon appareil photo s’en est remis. Je suis et devance un jeune couple modèle très équipé et pointu sur la sécurité portant de magnifiques gilets jaunes en plein jour !

A midi, je trouve une bonne place et m’accorde une sieste bien grasse dans l’herbe.
DSCF0278
Dans l’après-midi, c’est là que ça se corse. Je décide de faire un détour de 4 km pour me rendre au Cadre Noir de Saumur. S’enchaînent grosses montées et descentes qui sont terribles avec toute cette charge. Rendu là, je constate que la visite est taxé 7 euros, tout ça pourra voir seulement les écuries. Je repars sans rien avoir appris sur ce célèbre harras, seulement une pancarte toute moche que je prends en photo pour me rassurer sur le but de mon ecapade et un manège avec des enfants.

Bien sûr, la route vers Saumur est pourrie, avec des cailloux et mal indiquée. Rendu dans le centre, il y a trop de bagnoles, des rues étroites, des bourges partout et rien que des magasins à la pelle. Ah, cette halte de ma 1ère grosse ville ressort bien les modes de vie des citadins : consommation futile comme seul passe-temps, l’énervement pour trouver une place de parking et 3 voisines filles en terasse de café qui arrivent discuter pendant 1/2 heure de bijoux… Et moi qui déguste ma petite leffe en regardant les passants de la grande place.

DSCF0281Après cette bonne pause, une petite dernière longueur mais je craque et fais une pause à 10 min avant  d’arriver au camping ! J’arrive déjà en Indre et Loire, département de la région Centre ! Je discute pour savoir la route à suivre avec 2 cyclos sympas qui font Saint Nazaire – Dijon et qui accomplissent 50-60 km par journée.

Une réflexion sur “ Un détour rude et peu enrichissant ”

  1. Salut le Breton
    je viens de tomber sur ton blog par hazard.
    Pour Saumur , tu n’a rien raté j’y passé 1 an
    comme bidasse et je n’ai jamais touché à un cheval.
    je ne sais pas si tu connais la chanson de TRUST « Saumur »
    c’est pas trop mal , enfin à Saumur il a que le vin qui est bon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>