Le grand départ

DSCF0255Levé de bonne heure et de bonne humeur ! Ca y est, j’attaque mon voyage en solo. Et oui, pas de petit commité pour m’encourager à prendre la route :-/ C’est pas grave, je le savais à partir de mon village, personne ne vient me voir ici… Un bon petit dej, une petite clope avec la fin de kawa, brossage de chicos, dernière vérif du packetage, je barre les portes de mon camtar et un petit coucou à Papy mais il ne répond pas.

Le départ est lancé à 9h15, le compteur est remis à zéro. Je prends les routes de mon enfance en passant devant ma maison de mes parents. Près d’une ferme, je tombe sur un petit roquet qui me course après en aboyant et en montrant les crocs. Saleté de clébard, et le fermier qui ne dis rien !

Je roule proprement pour trouver mon équilibre et tester ma condition physique : tout est OK. Je vais en direction d’Ancenis par des routes départementales pour rejoindre la Loire. J’entreprends des montées et descentes légères, je mate les voitures qui me dépassent dans mon rétro, je fais une pause près d’un sanctuaire en bord de route  : ca se passe bien, j’avance bien et suis au taquet ! Avant d’arrivé à Ancenis, je traverse une route barrée pendant 5 km et la DDE me dis de passer.

DSCF0256.JPGJ’arrive à Ancenis par un tunnel piétonnier, j’achète une baguette et le Ouest-France et je vais pic-niqué (pain avec paté et kiri) sur le sable à 12h, avec vue sur la majestueuse et sauvage Loire. Je me fais une bonne pause d’1h45 avec lecture du journal et mini-sieste bien mérité après ces 40 premières bornes arrachées.

En repartant, je croise un cycliste avec toute la combinaison du cycliste pro. Ca ne m’impréssionne guère, voir je trouve ca un peu too much et ridicule.  Et puis aussi un jeune couple plus fringant avec une remorque un peu casse gueule qui reparte avant moi. C’est pas grave, c’est pas la course non plus même si j’aimerai me doser en endurance pour cette première journée. Je traverse la Loire par un grand pont vert en acier pour rejoindre l’itinéraire bien balisé de « La Loire à vélo », première portion de l’Eurovélo6.

DSCF0265.JPGJe circule sur une belle route goudronnée étroite comme la largeur d’une voiture. Ici, pas de bagnoles à surveiller mais des cyclotouristes à saluer en les croisant. Je suis des yeux la Loire, visible à ma gauche et à ma droite en passant sur une de ces nombreuses îles, bras de fleuve et affluents comme le Louet. Je longe de belles petites maisons, champ de maïs et barques en bois que l’on nomment les sablières, embarcation typique de la Loire. Me v’la chanter à tût-tête des tubes de « Nostalgie », je fais de grands bonjour à mes camarades : c’est la joie dans mon esprit ! Je visite une expo de plein air le long du fleuve lors de ma pause de 4h : très sympa avec ses statues de bois et ses abris de fortune barriolés au couleurs hindous. Je finis mon parcours en passant dessus de grand pont, avec vue sur de beaux jardin sur fond de grand ciel bleu.

DSCF0270Après avoir traverser Challonnes sur Loire, j’arrive à 18h au camping indiqué sur ma carte EuroVélo 6 qui est très bien détaillé. Je fais le calcul de la journée : 96 km parcouru pour 5h vissé à ma selle ! Pas mal du tout, je suis content  de ma journée mais c’était un peu long à en voir le bout sur la fin. Je suis crevé et je mets du temps à me poser car selon les autres cyclotourises, y’a pas d’accueil et pas de proprio pour ce soir dans ce camping. Je cherche et trouve un emplacement caché entre 4 haies naturelles, à côté des sanitaires mais aussi à 2 mètres d’une ligne de chemin de fer où il y a du passage à grande vitesse ! Je prends une douche revigorante et je vais chercher une bière à pied au bourg de la Possonnerie. Après avoir fait le tour du pâté de maison et sifflé une binouze dans un petit bar-resto, je fume une cigarette rigolo au bord du grand fleuve. Je me remotive mais pas de djeun’s pour faire la fête ce soir avec moi. Tant pis, je fais une soirée « posé » à ma tente : je mange une salade, j’écris mon carnet de voyage, je tombe sur une émission de radio parlant de Freud, de lutins et finis par m’écouter un bon vieux bob sur mon lecteur MP3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>