Retour en train de Budapest à Paris via Vienne et Munich

Je me lève à la bonne heure pour me préparer et prendre mon train de retour en France. Je pars à la gare ferrovière de Budapest. Je suis un peu speed et stressé même si je suis un peu en avance. Je dois chahngé mes florent à la poste et puis chargé mon vélo dans le train. C’est fait, j’ai une pensée pour ce grand voyage et Budapest que je quitte. On se rends compte là aussi de la grandeur de sa banlieue. Le train fait un arrêt à Gyor où je suis passé en vélo. J’ai une heure de correspondance alors je mange en speed. Mais pour acheter mon sandwich, je dois reprendre de l’argent mais je ne trouve pas de DAB alors que je connais la ville ! Je repars à temps, direction Vienne. Je me repose dans le train et fini mon livre « On a roulé sur la Terre », un récit de voyage à vélo autour du monde de Alexandre Poussin et Sylvain Tesson. J’ai bien aimé, en plus ilssont de bon écrivain :-)

A Vienne, je dois rejoindre une autre gare à vélo cr j’arrive de l’Est et doit repartir vers l’Ouest. En vélo, c’est bien indiqué et je prends une grande avenue mais çà me prend tout de même 1 H. Je rembarque mon vélo dans le train. Il me faut encore 3H pour atteindre Salzbourg mais là je ne change pas de train. Ensuite, je vais à Munich mais le contrôleur me dit qu’il manque un billet alors que je lui ai donné mon paquet de tickets :-/ Finalement, il laisse filé (merci monsieur !) car je montre ma surprise à ce désagrément.

Arrivé à la garde de München, j’achète une bière (normal ici) et je me fume une clope à l’entrée du hall de gare. Il y a des djeun’s et de l’ambiance ici ! Mais pas de temps pour visiter la ville :-( Enfin, il est 8h du soir et je monte dans un train couchette pour revenir à Paris. C’est un long tortillar lent et pas cher. Il y a beaucoup de monde et surtout des jeunes dans le train. A ma cabine couchette, je ne peux pas rentrer et poser mes affaires car il y a 2 romanos qui ont littéralement envahi de cartons à fringues je crois nos lits couchettes !  La contrôleuse allemande arrive et balance des « Scheisse » à tout vas. Elle est hallucinée de ce remue-ménage et moi aussi ! Les 2 roumains rigolent, prennent ça à la légère ! Mais la controleuse est une sacrée bonne femme et aime l’orde et le fait savoir. Elle trouve un autre endroit pour les stocker et les mecs s’exécutent pour les déplacer. Je vais dormir en hauteur et bien juqu’au petit matin 8h.

Je passe la journée à visiter Paris by bike et retourne chez moi !

DSCF1159.JPGJ’arrive à Paris à Gare de l’Est et je n’ai pas encore mon billet de train pour le retour à Rennes. C’est une belle journée qui s’annonce avec un beau ciel bleu. Je prends mon p’tit dej sur la terasse d’un café. Je prends un grand chocolat et 2 croissants et c’est pas donné à Panam ! Je suis tout de même bien content de retrouver mon pays, la France. Je veux rester dans la capitale toute la journée et la visiter en me promenant en vélo.

DSCF1166.JPGJe pars vers République puis je rejoins les bords de Seine. Je me sents bien à mon aise en vélo même si il y a toujours beaucoup de circulation à Paris. Les parisiens sont stressés, ils klaxonnent si tu passes au vert à la seconde près.  Je rejoins ensuite Notre Dame de Paris et visite même cette cathédrale. Il y a un monde fou et ça fait bizarre de voir tous les touristes parlés bruyamment et prendre des photos dans un lieu de culte. Ensuite, je passe par la fontaine Saint Michel, là où se situe le kilomètre 0 de France.

DSCF1171.JPGA midi, je file au jardin du Luxembourg et je me prends unebonne vieille formule sandwich bien française ! C’est bien jolie comme parc et je me pose sur une chaine allongée et je pose mes pieds sur une deuxième en lisant « Aujourd’hui en France » : ça fait une paye que j’ai pas eu les actualités françaises ! Les parisiens sont classes et les jeunes sont « hype » (comparé à moi, c’est sûr !!).

DSCF1181.JPG

L’après-midi, je vois La pyramide du Louvre, le jardin des tuileries (pied à terre), passage par la Concorde et pause sous la Tour eiffel. Je finis par le Grand Palais (et son petit frère) puis je scrute l’entrée du Palais de l’Elysée : on y voit rien la porte d’entrée est bien surveillé et filtrée. Je me dis que c’est un beau symbole du pouvoir de tout barricader sans laisser rien transparaître. Je finis par un tour sur l’avenue des Champs-Elysées puis file vers la gare Montparnasse à fond les marrons !

DSCF1185.JPGJe vais au point Info et on me dit que je ne peux pas prendre le train avec mon vélo si je n’ai pas réserver à l’avance par téléphone ! J’y crois pas, y’a qu’en France qu’on voit ça, je n’ai pas eu de problème ailleurs ! Je suis énnervé, je vais au guichet quand même et finalement on me dit que c’est OK pour le prochain train dans 15 minutes ! Je speede et me loupe de train mais je m’en rends compte très vite alors je redescends mon vélo et prends le train pour Rennes en face.

DSCF1147Arrivé à Rennes, personne ne m’attend. Faut dire aussi que j’ai pas donné beaucoup de nouvelles pendant mon périple. Tout au plus quelques appels avant mon passage en Suisse, c’est tout car je n’arrivai plus ensuite à capter les réseaux téléphoniques pour la France avec mon vieux téléphone !) Je passe voir Philippe et me félicite le 1er !Je fête ça vite fais avec lui puis repars à Acigné en vélo de nuit : encore 1 H avant d’arrivée dans la maison de ma colocation ! Je refête ça tout seul car les autres sont partis en vacances et puis je vais me reposer une bonne nuit dans mon lit, c’est quand même bien mérité !!