Côte Atlantique en vélo : veille du départ

Je finis mon boulot à l’Université de Rennes 2 aujourd’hui. Je fais mon pot de départ ce midi. Je n’ai pas prévu assez de bouteilles d’alcool pour tout le monde, seulement 3, c’est trop juste pour 20 personnes ! On trouve des bouteilles dans le frigo qui ne sont pas bonnes mais on les boit quand même et on en rigole. Mes collègues m’offrent 1 bon de 100 euros à la FNAC et 1 lampe de poche Rennes 2.

Je reviens à mon appart à 14h, je mange, fais une sieste epuis je prépare mes affaires de voyage dans les sacoches. Ca prend 4h, même avec ma liste déjà définit ! Je regarde la fin de l’étape du tour de France et je dîne. Je regarde vite fait « Envoyé Spécial » et je me couche tôt.

Départ en train de Rennes à Nantes puis vélo jusqu’à Arthon-en-Retz

Au compteur : 50 km, 18 km/h, 2h30.

Velodyssee-001.JPGMon train part de Rennes à midi pour arriver à Saint Nazaire à 15h, en passant par Nantes. Le matin, je nettoie l’appart pour l’arrivée d’Iva et de sa mère lundi. Je nettoie et vérifie l’état de mon vélo, je le graisse et le lubrifie. Je stresse un peu d’être fin prêt et d’avoir tout emporter. Je pars à vélo avec mes sacoches pleines à la gare de Rennes. J’ai du temps puis je prends mon TER jusqu’à Nantes. Arrivée là bas, je mange une formule sandwich au jardin des plantes de Nantes.

Vélodyssée 005Revenu à la gare, le TER est blindé de gens et il y a 10 vélos qui attendent d’être monter. Le controlleur dit qu’il n’y a pas de place pour plus de 3 vélos, il nous dit d’attendre le prochain train… Je suis dégoûté, en France, on ne pense pas faire de la place pour les vélos… Je suis vénère et décide de partir de Nantes à vélo.

Pour sortir de cette grande ville, ça me prends du temps mais je connais la ville et longe le nord de la Loire. A un petit chemin, un petit chien me course et m’aboie dessus. Je suis à fond et je lui gueule dessus, ça le dissuade ! Ensuite, c’est la campagne et je prends le bac à Indre pour traverser la Loire et c’est gratuit ! Je longe ensuite le canal de la Martinière en suivant « La Loire à vélo » puis je roule en campagne en passant par Rouans.

Velodyssee-006.JPGA Chemiré, je passe prendre quelques bières puis je file à Arthon où m’attendent Yo et So et leurs enfants, Billy puis Cécile et Bertand à 18h. Je vais passer le week-end entre amis. On joue au palet puis apéro, on fait manger les enfants et au lit. Nous, on se fait un méga barbeuksardine, saucisse, salade puis fromge et dessert eb fêtant l’anniversaire de Cécile. On traine jusqu’à 2h du mat, je picole et fume avec les autres mais avec modération.

Journée entre amis avec les enfants à la plage

Velodyssee-007.JPGLe réveil est un peu difficile mais on mange bien et on part à la plage de Tharon à Saint Michel Chef Chef en se trompant un peu de route. Je profite bien de la mer et de la plage : 1h de nage, le soleil et les vagues sont au rendez-vous. Le soir, rebelote : apéro – gueuleton barbeuk – salade. On fait aussi un mölky, jeu de quilles originaire de Finlande. Je suis raisonnable car demain, c’est le vrai départ de mon voyage à vélo pour rejoindre la côte Atlantique. Je me couche à 2h du mat pour profiter de mes amis et de cette belle soirée.

Je rejoins la côte Atlantique au sud de Pornic et arrive à l’entrée de Noirmoutier

Velodyssee-013.JPGJe me lève à 9h30 et je me suis bien reposé. Petit-dej, douche et rasage ce matin. Puis on remange, petite sieste et je suis prêt à décoller à 15h. Là, c’est vraiement parti ! Je compte ller à l’entrée de Noirmoutier ce soir. Je pars d’Arthon et rejoins la mer par les routes de campagne aux Moutiers-en-Retz. Ensuite, je suis la vélodyssée dans le nord de la Vendée. C’est une région de marais. Je passe par plusieurs petits ports où on pêche au carrelet sur des petites cabanes en bois et des pontons pour y accéder. Ensuite, je passe au pied d’un parc éolien. C’est très impressionnant la force que ça dégage ! Il y a du vent et les pâles tournent vites. Je me mets dessous et je flippe qu’elles me touchent, alors qu’il y a 22 mètres de distance entre nous… Je lis les panneaux explicatifs sur l’énergie éolienne qui sont très instructifs.

Velodyssee-017.JPGUn peu plus tard, je longe les parcs à huîtres et me rapproche du passage du Gois, un accès sur l’île de Noirmoutier. Malheureusement, on ne peut y passer qu’à marée basse, et ce n’est pas l’heure. Je décide donc de prendre beauvoir sur mer mais deux mamies me disent qu’il n’y a pas de camping ici… Il est déjà 18h et je fais une pause dans un parc à l’ombre car le soleil donne et mes avant-bras ont pris déjà de bonnes couleurs ! Je dois rejoindre la Barre-des-monts par la grande route étroite et il y a un paquet de bagnoles à circuler en cette période estivale ! Les voitures me frôlent mais je gère pendant les 3 km.

Velodyssee-026.JPGJe cherche ensuite un camping à Fromentine mais il n’y a que des 3 étoiles. Tant pis, je veux me poser et je m’installe au prix de 15 euros la nuitée. Je cherche un emplacement, installe ma tente et prends une bonne douche froide sur mes coups de soleil. Ensuite, je m’accorde une bière, un petit pétard de bonne weed et des cacahuètes. Je mange des sandwichs puis je vais faire un tour à la plage mais le soleil vient déjà de se coucher. Je vais m’endormir à 23 heures.

Visite de l’île de Noirmoutier

Velodyssee-030.JPG

Je me lève tôt, à 7h15. Je reprends une douche et mange mon petit dej café – biscuits Prince de Lu. Je pars à 8h30, avec un accès direct sur le pont de Noirmoutier. Il est bien pentu mais la descente est bonne. Je bifurque à droite dans les petits chemins sableux entouré de marais et protégé par une grande digue. Je suis seul ici et je m’éclate à conduire mon vélo en regardant les nombreux oiseaux des marais. Je passe à côté du passage du Gois où je n’est pas pu passer hier. C’est toujours marée haute, je repasserai au retour.

Velodyssee-033.JPGJ’arrive à Noirmoutier-en-l’Ile et je prends une pause à la plage des dames à 10h. La vue est superbe, le temps est magnifique et je regarde les petits bateaux des enfants. Ensuite, je retourne au centre ville et je demande à l’Office du Tourisme si on peut retourner sur le continent en bateau passeur. Non. Je dois ressortir de l’île en vélo, ce qui va me prendre du temps. Je décide de zapper le port de la Herbaudière mais visite vite fait la ville à pied. Je ne trouve pas tout de suite la sortie de l’île, je fais la jetée Jakson, repasse à l’église et trouve enfin la sortie… Je trace jusqu’à la Guérinière. Le soleil tape dur alors je m’enfile un 1/2 sur la terasse d’un bar à l’ombre. Je pique-nique ensuite sur un muret à l’ombre.

Velodyssee-039.JPGJe reprends le même chemin qu’à l’aller car c’est plus sympa que les routes reliant les villes de l’île. Je fais un saut au passage du Gois car maintenant c’est marée basse. On ne reconnait plus le lieu avec toutes ces voitures et pêcheurs à pied qui ont envahis le passage. Le passage est bitumé mais les voitures se garent à même l’estran ! Je prends une petite vidéo avant de repartir vers le pont de l’île car c’est la route du sud qu’il me faut prendre.

Velodyssee-045.JPGA la sortie de l’île, à notre Dame de Monts, je reprends une pause snicker, beaucoup d’eau et une petite clope. Je monte à un belvédère pour avoir une vue panoramique sur l’océan Atlantique, l’île et la forêt vendéenne qui m’entoure. J’arrive ensuite à Saint Jean de Monts, la grosse station balnéaire du coin. Je parcoure son remblai interminable qui est blindé de touristes. Les immeubles sont bétonnés des années 70 et tous sont à la plage. La conduite est technique car il y a beaucoup de gens à vélo qui le font en mode touriste et il faut faire attention à tout ce petit monde.

Velodyssee-052.JPGJe veux trouver un camping à Saint Gilles Croix de Vie, ville portuaire que je préfère et j’ai surtout déjà 90 km dans les pattes. Je passe à l’OT pour avoir le nom d’un camping 2 étoiles mais je galère pour le trouver, il est situé près d’une grande route vers Givrand. J’arrive naz après 106 km parcouru. C’est toujours 15 euros le forfait, faut pas être seul en randonnée ici car on paye le double du prix ! Enfin, c’est la côte Atlantique en pleine saison, mon budget camping va être 2 à 3 fois plus cher que sur la Loire à vélo ! Tant pis, j’ai pas le choix, j’espère qu’il feront bientôt des efforts !

Velodyssee-056.JPGJe prends enfin une douche après avoir monter ma tente sans le double toit. Apéri-spliff, ça détend bien. Je rappelle Iva qui est arrivé en France avec sa mère. A table ! Au menu, riz – sauce béchamel. Bah c’est pas top et j’en ai fait trop ! Je reste au camping avec les voisins parisiens qui regardent TF1… J’en refume un mais le concert au camping est privé alors je me rentre et lis « Le voyage dans les Cévennes avec un âne » de R.L. Stevenson.