Départ de Toulouse pour arrivée à Castelnaudary

Au compteur : 66 km

Canal-du-midi-011.JPGJe me lève à 8h30 et prends mon petit dèj bien fourni à l’hôtel. Je passe à un cybercafé pour m’inscrire à Pôle Emploi, vu que j’ai terminé hier officiellement mon CDD à l’Université de Rennes 2 et que c’est urgent que je le fasse pour ma formation à venir !

Canal-du-midi-019.JPGJe décolle à 10h30 avec mon vélo sur le canal du midi à partir de la gare de Toulouse. Je sors de la ville au bout de 30 minutes. Il y a des platanes tout le long, de grandes péniches habitées, et une belle route bitumée. Je m’arrête à Montgiscard, comme l’ancien président, où je m’arrête à l’intermarché pour faire de grosses courses. Ensuite, je passe les différentes écluses qui jalonnent mon parcours. Je croise des vélos équipés et des randonneurs car c’est aussi un GR. Le canal est parallèle à l’autoroute qui va vers Narbonne, Montpellier ou bien Barcelone. Je mange mon pique nique à 13h et fais une sieste sur un banc face au canal.

Canal-du-midi-025.JPGEn repartant, je vois de loin un lieu de communauté et je dépasse un monsieur bien chargé en remorque. Je double aussi beaucoup de péniche loué pour quelques jours. Les écluses sont ici automatisées mais il faut quand même du temps aux plaisanciers pour les passer. A port Lauragais, après un lac bleu turquoise, j’hésite sur la route à suivre. Il n’y a pas beaucoup d’indication sur ce chemin de halage, à part aux maisons des éclusiers pour nous informer sur les distances entre deux écluses.

Canal-du-midi-037.JPGJe quitte la Haute-Garonne (31) pour l’Aude (11) et brusquement la piste cyclable passe d’asphaltée à un chemin de terre tortueux. Je ne vois pas le seuil de Narrouze et je prends une pause à La Ségala, lieu-dit où il y a un concours de pétanque, une buvette et une machine à coup de poing ! Je bois un orangina, prends une vidéo discrètement de la scène et repars. Ca descend ensuite et j’arrive à Castelnaudary où je cherche le camping.

Canal-du-midi-060.JPGJe prends une douche très mal conçue : le jet arrive sur mes vêtements et la lumière s’éteind automatiquement ! Il a pas du inventé l’eau chaude le concepteur ! Je prends ensuite un bon apéro bière – saucisson et je redeviens joyeux ! Je décide de manger un bon cassoulet de la région puis d’aller visiter Castelnaudary à 20h.

La ville est située à flanc de rocher, plongeant sur le grand bassin de Saint Roch et son île boisé. Mais en vélo, ça grimpe sévère et c’est mort, je ne trouve pas un bar digne de ce nom. Je rentre par l’autre côté du canal où j’entraperçois dans l’obscurité un ragondin (?) et j’entends des chiens qui aboient protégeant leur propriété. Je me rentre à ma tente, lis « une parisienne à Lhassa » où elle se cache comme une mendiante pour y arriver.

Visite de la cité médiévale de Carcassonne et rencontre avec Jean-Yves

Canal-du-midi-067.JPGJe me réveille plusieurs fois dans la nuit car j’ai pas mis le double toit de ma tente et il se met à pleuvoir. De plus, le voisin , qui a un petit chien qui aboie comme un ahuri, ronfle. Enfin, mon matelas auto-gonflant se dégonfle très vite, mais il paraît que c’est bon pour le dos de dormir sur du dur ! Je prends mon petit dej sous un crachin et je plie la tente encore trempée. Bah, le sud, ça peut aussi ressembler à la Bretagne de temps en temps ! Pour couronner le tout, mon vélo vacille : guidon brinque-branlant, béquille bancale et sacoche de guidon qui bouge mais je n’arrive pas à bien réparer tout ça :-( J’enfile mes affaires de pluie : k-way, sur-pantalon, casquette et attache cheville. Le temps sera maussade toute la journée et le terrain de foot est arrosé automatiquement…

Canal-du-midi-086.JPGMalgré cela, je serai de bonne humeur et je chanterai des chansons qui me passent par la tête ! Direction Carcassonne ! Je longe le canal du midi avec ces chemins terreux et pierreux, ces platanes dont certains sciés et évitant les racines d’arbres qui me secouent brutalement. Je double les péniches qui attendent pour passer les écluses hi hi. Je rencontre un mec qui pédale comme un dératé : il est parti de Toulouse ce matin à 6h et va rouler le plus loin possible pour revenir ce dimanche soir . Hé oui, c’est la rentrée demain, mais pas pour tout le monde, y’en a qui en profite encore quelques jours ! :-D

Canal du midi 107Il a un problème avec son dérailleur, il me montre ça mais moi je ne sais pas vraiement réparer ça, juste qu’il faut tourner 2 vis pour le réglage. Et puis je lui dis qu’il n’a pas besoin de changer de vitesse tout le temps car c’est totalement plat ici ! il me dit qu’il se régale et pourtant il me dit qu’il a mal au cul ! Il me parle de choses techniques : il a un prolongateur de guidon (à quoi ça sert sur ces petits chemins terreux ?) et regarde ma selle qui a une surcouche de gel. Bref, un peu space le type… Il repart de travers et moi je prends une bonne pause snickers – clope.

Canal-du-midi-113.JPGEnsuite, je discute en roulant avec un vieux sympa qui habite à côté du canal et qui s’est lancé pour le connaitre sur tout son trajet. Je lui parle de la Bretagne et de mes voyages. Je le quitte avant d’entrer dans Carcassonne car il est midi et j’ai faim ! Je trouve une table un peu cassé qui est entouré d’ordures mais ça fera l’affaire. Une bonne sieste avec un saut au réveil par un chien ! L’après-midi, je traverse Carcassonne, la ville: bagnoles pressées, squatters, misères et villes quadrillés. C’est pourtant les férias ici et un concert ce prépare pour ce soir mais pas de touristes ici, ils sont tous à la Cité. Je trouve tout de même de bonnes photos à faire puis je me rends à la cité par le pont qui surplombe l’Aude.

Canal-du-midi-126.JPGIl y a une brocante au pied de la forteresse qui est vraiment impressionnate ! Je la traverse après avoir garé mon vélo car ça grimpe pour y arriver et il y a beaucoup de gens. Je fais une petit pause puis je passe par le pont levis où il y a 2 chevaliers qui combattent à l’épée (voir vidéo). Je fais beaucoup de photos de la cité médiévale, de l’église Saint Nazaire et les babioles des magasins touristiques. C’est 8.50 euros l’entrée du château, je n’entre pas car c’est un peu cher et surtout il y a déjà pas mal de choses à voir et l’heure tourne : la vue des remparts, le musée de l’école et les affiches médiévales réparties dans la Cité. Je sors à 17h sans rien acheter, enfin si des piles pour mon appareil photo.

Canal-du-midi-147.JPGIl ne me reste que 15 bornes à faire pour arriver au camping de Trèbes. A son accueil, j’achète une bouteile du rosé du pays Cathare. Je m’enfile 3/4 de la bouteille face à l’Aude et offre un verre à mon voisin, un belge que j’ai croisé depuis 2 jours. Il est super équipé (grande remorque et tente 4 places !). Il est parti de chez lui jusqu’ici et son voyage va duré jusqu’à fin septembre, soit 3 mois de périple ! Il m’explique qu’il a fait un burn-out dans l’immobilier et il décompresse maintenant en voyageant seul en plein air. La nuit tombe et j’ai la flemme de faire à manger alors je vais en ville m’acheter un kébab. J’appelle Iva puis je mate le match de foot PSG – Lille, Ibrahimovic a marqué un beau but ! Je rentre au camping écrire mon carnet de route puis dodo !

Trèbes à Capestang dans le minervois

Au compteur : 81 km

Canal-du-midi-158.JPGJe me suis encore réveillé plusieurs fois dans la nuit et j’ai beaucoup rêvé. Je me lève à 7h30 et prends mon petit dej devant l’Aude. Ensuite, je viens voir mon voisin belge avant de partir pour parler de l’itinéraire à venir. Il a la langue buien pendu et me tiens le grapin mais c’est aussi bien intéressant son voyage. Il super équipé : GPS, cartes routières de la France et des campings, outillage complet (8 kg renvoyé !). Au total, il en est a 60 kg, remorque de 10 kg comprise ! Il doit prendre souvent les petites routes plutôt que le chemin de halage car ça ne passe pas toujours avec la remorque. Il me resserre ma béquille et je lui dis au revoir en s’échangeant nos adresses mail.

Canal-du-midi-165.JPGJe décolle à 9h15, le chemin est étroit, avec des racines d’arbres et des ornières mais je pilote bien. Des panneaux indiquent « Attention, chute de branches » et il y a du vent et je suis sous les arbres ! Je passe à une écluse où il y a des sculptures de bois et d’acier : éléphants, guitaristes… Je fais une pause à une autre écluse où il y a un snack avec boissons fraîches. Je prends un fanta et 2 autres couples cyclistes viennent s’asseoir. Des allemands tout équipés et un père et son fils finistériens. Le père dit que la route est défoncé jusqu’à Sète et le fils a les yeux déjà fatigués. En même temps, eux on le vent de face et une remorque mono-roue. C’est vrai que c’est étroit mais tant qu’il ne pleut pas, ça passe tranquille ! L’éclusier leur dit de contempler la nature plutôt que de râler ! Bien parlé ! Et il montre un oiseau se posant au loin sur la cime d’un arbre ! Ah, c’est vrai que 2 voyages à vélo identique peuvent être différent selon la philosophie qu’on y mets ! Moi ça va, je suis très contemplatif et joyeux en vélo, à part certains soir ou je suis fatigué pour trouver le camping.

Canal-du-midi-187.JPGJe passe ensuite à Homps où j’achète une baguette, une 8.6 et un cassoulet dans une petite supérette. Je fais un petit tour du village et repars. Il y a beaucoup de vignes ici (Appelation Minervois controôlé) et on voit les montagnes au loin. A Argens-Minervois, je m’arrête pique-niqué sur une table face au canal. Ca souffle dur, peut être y a t-il 60 km/h de vent en bourrasque. J’arrive ensuite au Somail, port touristique et commerçant. Je prends des photos de ce bel endroit et je continue ma route.

Canal-du-midi-216.JPGLe chemin est long et désert ensuite, en saluant tout de même les péniches que je croise d’un geste de la main. J’arrive au port de la Robine où 2 directions sont possibles : Narbonne ou Béziers. Pour moi, ça sera Béziers pour continuer sur le canal royal. Un panneau indique 5h en péniche, en vélo ça sera moins. Les platanes s’aident la place aux pins et j’entrevois un hippie qui s’est installé dans le coin !

Canal-du-midi-243.JPGEnfin, j’arrive à Capestang, que j’ai vu de loin avec sa haute église perché sur son rocher. Il était temps car après plus de 70 bornes, j’étais un peu flagada sur la fin du parcours, même si j’avais mis du Brassens dans mon lecteur de musique pour m’accompagner. Je visite la ville, prends une bonne pinte de bière pour étancher ma soif et récupérer sur la grande place principale. J’ai dû mal à trouver le camping car je le cherche du mauvais sens le long du canal, la fatigue jouant beaucoup aussi… Arrivé, je prends une bonne douche, un apéro tranquile avec les mouches. 2 couples de jeunes cyclos sont à côté de mon emplacement mais je ne vais pas leur parler car je suis fatigué et je vais même me coucher avant 22h !

Visite de Beziers et arrivé a Agde

Canal du midi 250Je me leve a 7h30 et je me prépare plus vite que les voisins. Je passe voir Jean Yves qui est arrivé hier a 19h. Mon guidon lache, on le resserre ensemble. Je pars a 9h15 par la route, croisant les petits ecoliers de Capestan qui font leur rentree scolaire. Je rejoins le canal du midi a Poilhes puis je surplombe le tunnel de Malpas. Je visite vite fait Colombier qui est un charmant petit village.

Canal-du-midi-275.JPGJe rejoins ensuite Beziers, que je vois de loin perche sur son piton rocheux. C´est parti pour l escalade de ses ruelles a vélo ! J arrive a l´hotel de ville et visite la ville une bonne heure en passant par ces nombreuses petites rues et quelques grandes places. Je photographie pas mal de choses dont une sttue de Paul Riquet, initiateur du canal du ůidi et biterois. J arrive a la cathedrale Saint Nayaire qui surplombe le canal de 70 m d altitude ! Le panorama est splendide et il z a une table d orientation pour se repérer. Je m installe au parc d a cote pour pique niqué et faire une petite sieste. Ensuite, je repars en devallant Beziers pour rejoindre le canal en contrebas.

Canal-du-midi-295.JPGJe sors de l agglomeration en suivant un jeune couple qui pedale vite: Je l ai suis puis je tente un depassement a plus de 25 km heure sur les graviers. Je n arrete pas a Villeneuve les Beziers. J arrive ensuite en Camargue, avec ces marais et ses fameux taureaux qui pratiquent la corrida. Le chemin est accidente, c est technique et je m eclate a manoeuvrer. Je passe a l ouvrage du Libron, riviere tumultueuse qui coupe le canal. J arrive a Agde, ma destination finale car je veux avoir le temps de me baigner dans la mer mediterranee. Je ne poursuivrai donc pas a Sete, ville que j ai deja visite.

Canal-du-midi-335.JPGA l entree de Agde, je fais une petite pause au terrain de foot qui ressemble plus a un champ de patate puis c est parti pour visiter la ville et prendre des photos de ci de la. Je rentre dans son coeur puis longe l herault et ses quais accueillant bateaux de toutes sortes, comme les gondoles servant pour les joutes setoises. Je passe a l Office de tourisme pour prendre une carte des campings. Entre Agde, le cap d Agde, le Grau d Agde et la Tamarissirere, il z a du choix et je me ferai conseille de dernier lieu de villegiature pas loin de la mer. En sortant, un gars arrache plein de cocards me demande si je viens de Bretagne car j ai mon drapeau sur ma sacoche de guidon. Il me dit qu il a des fetards la bas, comme a Toulouse et a Montpellier.

Canal-du-midi-342.JPGAu camping, le gerant me fait un prix de 10 euros au lieu de 16 car je suis tout seul et en velo, sympa ! Je m installe et file direct a velo a la plage en suivant l herault. Je prends des photos de la jetee puis me baigne dans la mediterannee : elle est froide et salee ! Je rentre et j ai la confirmation que je suis pris a la forůation SIG a Toulouse : c est genial, je suis trop content et je fete ca en prenant une 8.6 ! Je mange tranquillement puis je vais repars de nuit a la Tamarissiere ou je prends une biere en terrasse et me pause en face de l herault illumime ent ecoutant de la ůusique et en appelant des aůis pour leurs annoncer la bonne nouvelle mais personne reponds et me rappelle sauf Billz et Florian.

Je n ai plus qu a rentrer a Toulouse demain en train et chercher un appartement ! C etait un bon petit voyage que je recommande a tous !

Canal du midi : Arrivé à Toulouse en train

Canal-du-midi-381.JPGJe suis parti de Rennes le jeudi 30 septembre 2012 à 12h par le train pour arriver à la gare de Toulouse Matabiau à 22h30 avec 1h30 de retard, sachant qu’il faut déjà 8h30 pour faire le voyage par le train Intercités. J’ai dormi à l’hôtel près de la gare, à la Chartreuse, pour 45 euros.

Le vendredi, j’avais rendez-vous à 9h aux Services Géographiques pour passer un entretien et des tests informatiques pour postuler à une formation SIG. On a bien discuté avec les futurs camarades de classe. Mon entretien s’est bien passé ainsi que les tests de SIG sur ordinateur : refaire une carte de mon département (Ille-et-Vilaine) avec ses villes, routes… La réponse est attendu mardi 4 septembre. J’espère être pris car la formation dure 3 mois + 2 mois de stage et elle m’enthousiasme déjà ! Reste la question du financement par Pôle Emploi, la région Midi-Pyrénées ou mon apport personnel (2300 euros + de quoi vivre 5 mois tout de même à payer !).

Canal du midi 382Le midi, je rentre à l’hôtel et je mange dans une brasserie « La Meunière », super sympa, bon et pas cher ! Je m’enfile 2 Leffe + 1 menu + 1 verre de vin rouge ! Après ça, je fais nune sieste à l’hôtel puis je vais à « la maison du vélo », prends un guide sur le canal du midi et regarde la vélothèque, ainsi que me faire un bicycode pour mon vélo. Je passe aussi à la médiathèque à côté pour avoir accès à Internet.

Le soir, je sors dans le centre ville : Capitole, l’église de Saint Sernin… La rue Bayard est squatté par des marginaux qui font la manche et boivent de la bière avec leurs chiens. Je finirai à un bar métal boire une pinte de bière brune artisanale. Je n’arriverai pas à joindre Yohann donc je rentre à l’hôtel assez tôt et je mate la téloche…